Lacan et l'idée kantienne de catégorie, texte de Fulvio Della Valle

0 false 21 18 pt 18 pt 0 0 false false false /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0mm 5.4pt 0mm 5.4pt; mso-para-margin:0mm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family:"Times New Roman";}

Lacan et l'idée kantienne de catégorie, texte de Fulvio della Valle

I. Quelques rappels

Dans le séminaire L'Angoisse, Lacan semble confondre à plusieurs reprises, lorsqu'il se réfère à la Critique de la raison pure de Kant, la notion de forme pure de la sensibilité (il y en a deux: l'espace et le temps), qu'étudie l'esthétique transcendantale et la notion de catégorie (il y en a quatre: quantité, qualité, relation, modalité), ou concept pur de l'entendement, qu'étudie la logique transcendantale.

L'espace et le temps sont les formes pures, ou les formes a priori, de l'intuition sensible, c'est-à-dire les conditions de possibilité du fait que des objets nous soient donnés, ̶ la sensibilité étant une faculté de réception. En revanche les catégories, ou concepts purs de l'entendement, sont des règles générales de synthèse par lesquelles des objets sont pensés, ̶ l'entendement étant une faculté de spontanéité. La connaissance résulte de l'application de la catégorie à l'intuition.

Kant distingue ainsi soigneusement les intuitions a priori, qu'il appelle "formes pures de la sensibilité" et les concepts a priori, ou concepts-souches de l'entendement, qu'il appelle "catégories". Nulle part dans la Critique de la raison pure, Kant n'utilise le terme "catégorie" à propos d'une intuition pure.

Chaque catégorie (quantité, qualité, relation, modalité) est une classe de concepts qui regroupe à son tour trois catégories. Le concept de la cause est bien une catégorie ̶ la deuxième catégorie de la relation ̶ c'est-à-dire une espèce de la synthèse, qui exige que d'une certaine chose A résulte nécessairement, selon une règle universelle, une autre chose B.

II. Les passages concernés

Voici les énoncés du séminaire L'Angoisse à propos de Kant qui peuvent laisser perplexe. Tous les passages sont soulignés par moi.

1) "Seulement ce corps, il n'est pas à prendre non plus, lui, dans les pures et simples catégories de l'esthétique transcendantale." Leçon du 9 janvier 1963.

On peut considérer que Lacan entend ici, par "catégories", simplement les concepts que met en oeuvre cette partie de la Critique qu'est l'Esthétique transcendantale, au sens où "formes pures de l'intuition sensible" ou "intuitions pures" sont des concepts élaborés par Kant. Et en effet Kant parle bien, par exemple, d'exposition métaphysique, ou transcendantale, du concept d'espace ou de temps. Cependant, certains passages ultérieurs du séminaire peuvent semer le doute.

2) "Revenons au niveau de l'œil qui est aussi celui de l'espace, non pas l'espace que nous interrogeons sous la forme d'une catégorie, d'une esthétique transcendantale fixée, encore qu'assurément la référence à ce que Kant a apporté sur ce terrain nous soit très utile [...]." Leçon du 22 mai 1963.

Ici aussi, le terme "catégorie" peut sembler utilisé comme simple synonyme du terme "concept". La locution "interroger l'espace sous la forme d'une catégorie" serait inexacte, en rigueur de kantisme, si on entendait "catégorie" au sens strict de "concept pur de l'entendement", car l'espace n'est pas un concept pur de l'entendement, mais une intuition pure

3) "Ce qu'indique la façon dont j'entends le rapporter ici à la fonction originelle de l'objet a comme cause du désir, signifie le transfert de la question de la catégorie de la causalité, de ce que j'appellerai avec Kant l'esthétique transcendantale, à ce que - si vous voulez bien y consentir - j'appellerai mon éthique transcendantale." Leçon du 12 juin 1963.

On ne peut transférer la catégorie de la causalité de l'esthétique transcendantale, car elle relève de la logique transcendantale (deuxième catégorie de la relation).

4) "Il conviendrait, dirai-je, que les philosophes fissent leur travail et s'aperçoivent par exemple, et osent formuler quelque chose qui nous permettrait de situer vraiment à sa place, cette opération que j'indique en disant que j'extrais la fonction de la cause du champ de l'esthétique transcendantale, de celle de Kant." Leçon du 12 juin 1963.

Lacan veut peut-être dire que, contrairement à Kant, il extrait la fonction de la cause du champ de l'esthétique transcendantale au sens où elle serait à situer parmi les intuitions pures plutôt que parmi les concepts de l'entendement. Cependant, le passage antérieur semble indiquer que cette extraction est un transfert, ce qui suppose que dans la lecture de Lacan, la cause appartiendrait originairement pour Kant à l'esthétique transcendantale. Or, dans ce cas, on ne peut extraire la fonction de la cause du champ de l'esthétique transcendantale car elle appartient au champ de la logique transcendantale.

5) "L'espace n'est pas du tout une catégorie a priori de l'intuition sensible [...]." Leçon du 12 juin 1963.

L'espace ne peut pas être, au sens kantien, une catégorie a priori de l'intuition sensible car il n'y a pas de catégories a priori de l'intuition sensible, mais seulement des formes a priori de l'intuition sensible.

On trouve une approximation du même ordre dans La névrose obsessionnelle de Charles Melman.

18 octobre 2011

 

Consentement

Conformément à la législation, vous êtes invité(e) à donner votre consentement explicite au traitement des données du site telles que précisé sur la page RGPD. Après avoir cliqué sur RGPD et avoir lu le texte, vous pouvez donner votre acceptation en cliquant sur "J'ai lu et j'accepte".